Shopping Adventure, la marketplace locale

Après vous avoir présenté We Are The Shops, le service web-to-store dédié à la mode, je vous propose aujourd’hui de découvrir Shopping Adventure, autre assistant de pré-shopping.

Logo Shopping AdventureShopping Adventure est le pionnier des assistants pré-shopping puisque la start-up a été créée en 2009 par David Krief, Jérôme Bénoliel, Philippe Romano et Arnaud Wetzel.

L’objectif était alors de proposer un service de type annuaire de magasins avec l’assortiment produits en plus.

Objectif / Vision

Shopping Adventure propose 80 enseignes dont de nombreuses sont communes avec Socloz notamment Berenice et Galeries Lafayette. Son offre est généraliste. Il référence 62 000 boutiques sur l’ensemble du territoire.

Le pari de Shopping Adventure est de répondre à la problématique de la logistique actuelle peu optimisée du e-commerce : approvisionner l’intégralité de ses clients à partir d’un entrepôt central alors même que l’on dispose d’un réseau de magasins physiques sur l’ensemble du territoire, y compris pour réaliser des livraisons que le client vient retirer dans le magasin. Le magasin est alors vu comme un entrepôt délocalisé.

Et comment ça marche Shopping Adventure ?

Lorsque l’internaute effectue une recherche, la réponse proposée est automatiquement associée au point de vente le plus proche, présenté sur un onglet dédié, et n’affiche que les produits en stock point de vente par point de vente. Le premier critère de choix est donc la proximité géographique. Le plan d’accès et les horaires du magasin sont fortement mis en avant.

Shopping Adventure - Navigation

Il n’est ensuite pas possible d’affiner sa recherche. Interrogé sur l’opportunité d’un affinage de la recherche par catégorie, Philippe Romano, co-fondateur de la start-up, précise que cette fonctionnalité est finalement peu utilisée par les internautes, qui préfèrent saisir une nouvelle recherche, avec plus de mots. Enfin, la présentation des résultats sous forme d’onglet par magasin réalise cet « affinage » : en choisissant telle ou telle enseigne, l’internaute affine de lui-même sa recherche par « univers ».

Shopping Adventure incite l’internaute à appeler le magasin pour réserver l’article, en affichant le numéro de téléphone du magasin moyennant paiement. Le paiement de l’article s’effectuera lors du retrait en boutique.

Demain, une marketplace géolocalisée

Shopping Adventure a annoncé la signature d’un partenariat avec Fastmag, société commercialisant des logiciels d’encaissement point de vente, de site e-commerce et autres, afin d’offrir un service de commande en ligne et de retrait en magasin avec une gestion de facturation simple pour le vendeur et un traitement des commandes tout aussi aisé. Fastmag est le spécialiste des réseaux de 1 à 100 points de vente et équipe notamment Delaveine, Antonelle ou encore Bérénice. Plus de 5 000 points de vente en France utilisent aujourd’hui la solution Fastmag.

Ainsi, Shopping Adventure deviendra une place de marché géolocalisée, sur laquelle l’internaute effectuera une recherche, réalisera son achat et se rendra en magasin pour retirer sa commande. Ce ne sera plus du pré-shopping mais une véritable plateforme de vente, orientée sur la proximité du lieu de retrait du produit.

Ce partenariat technologique avec Fastmag permet de proposer une solution totalement intégrée d’un point de vue informatique, sans validation du stock par le magasin. Ainsi, l’internaute réalise la totalité de son achat dans une même session, sans rupture de navigation du fait de la nécessité d’une validation extérieure, bénéficiant ainsi d’une expérience d’achat satisfaisante.

Une dizaine d’enseignes ont d’ores et déjà signé pour ce service et proposeront l’achat en magasin localisé via Shopping Adventure d’ici quelques semaines.

Quel modèle économique pour Shopping Adventure ?

Shopping Adventure propose aujourd’hui la réservation sous forme d’accès à la boutique via un numéro surtaxé. Ce numéro surtaxé fait partie du modèle économique initial de la start-up mais présente d’autres avantages :

  • Shopping Adventure dispose de métriques fiables sur la réalité des réservations effectuées via son service.
  • Le fait de payer pour effectuer une réservation produit a un effet vertueux sur l’internaute, l’incitant à concrétiser sa réservation, au moins par une visite en boutique.

Demain, le modèle économique sera davantage celui d’une marketplace classique, intégrant le paiement en ligne, Shopping Adventure se rémunérera par une commission sur les ventes.

Shopping Adventure est ouvert à l’idée de proposer sa marketplace en marque blanche mais ne souhaite pas, a priori, proposer sa technologie pour les sites marchands des enseignes. Leur volonté est de développer leur propre plateforme et sa notoriété.

Le webmarketing de Shopping Adventure

Shopping Adventure revendique un trafic de 100 000 visiteurs uniques par mois en juillet 2013, trafic auquel s’ajoute le trafic généré par les utilisateurs de l’application mobile, disponible sur l’AppStore.

Shopping Adventure - Facebook

Shopping Adventure est présent sur Facebook et y revendique 2 222 j’aime. Shopping Adventure y poste essentiellement des mises en avant de produits mais sur un ton humoristique, qui donne de la personnalité à l’enseigne. Petit regret, il n’y a pas de lien vers la page Facebook sur le site marchand.

Mon point de vue sur Shopping Adventure

Le + : L’application mobile

L’application mobile répond à l’évolution de la navigation internet, de plus en plus mobile. C’est par ailleurs, parfaitement cohérent avec le service résolument web-to-store que propose Shopping Adventure en mettant toujours en avant le magasin le plus proche du mobinaute.

Le – : Un look plus utilitaire que séduisant

Après avoir choisi l’enseigne dans laquelle il souhaite acheter un article, l’internaute se retrouve avec une liste de produits plus ou moins longue : comment choisir ? comment avoir un coup de cœur ?

De manière plus globale, le site web est efficace mais n’est pas très sexy : l’affichage se structure avec des encadrés rectangulaires très marqués et accorde une place importante aux renseignements pratiques (plan, horaire), peut-être au détriment des produits et de la séduction de l’internaute.

 

En conclusion, l’évolution du service Shopping Adventure vers une marketplace géolocalisée semble porter de grandes opportunités, ce marché étant amené à se développer dans les trois à quatre ans à venir. En revanche, la possibilité de réserver un article en magasin sans le payer demeure un créneau intéressant à développer.

 

Merci à Philippe Romano pour l’entretien qu’il m’a accordé.

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir SoCloz, la réservation sans engagement. N’hésitez pas à vous abonner au blog pour ne pas manquer les nouveaux articles !

5 commentaires à propos de “Shopping Adventure, la marketplace locale

  1. Pingback: Shopping Adventure, la marketplace locale - Mon...

  2. Pingback: Shopping Adventure, la marketplace locale | Mod...

  3. Pingback: Shopping Adventure, la marketplace locale | Sol...

  4. Pingback: Shopping Adventure, la marketplace locale | Dig...

  5. Pingback: Shopping Adventure : la marketplace locale @Lis...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>