L’essayage nouveau chantier du commerce connecté

Essayer le produit, c’est le principal avantage des magasins pour 91% des personnes interrogées d’après l’étude Axis-Ipsos sur le Magasin du futur présentée à l’occasion de la Paris Retail Week.

Dans le domaine de l’habillement, demandez aux femmes que vous connaissez ce qu’elles pensent de l’essayage en magasin : vous ne serez pas déçu ! Miroir peu flatteur, éclairage lugubre, besoin de se rhabiller entièrement pour aller chercher une autre taille, … autant d’éléments qui rendent cette expérience souvent désastreuse.

hommes et essayage

Source : https://www.instagram.com/miserable_men/

Heureusement, plusieurs initiatives intéressantes ont vu le jour chez Etam, Kiabi ou encore Fujitsu. Découvrons-les en détail !

Chez Etam, la cabine d’essayage pour commander une autre taille

C’est Jean-Bernard Della Chiesa, Directeur de l’innovation chez Etam, qui a parlé de ce test dans le magasin des Champs-Elysées lors de la table ronde d’ouverture de la Paris Retail Week. J’y suis allée pour expérimenter ce dispositif « en vrai ».

En arrivant dans la cabine, je peux scanner – ou pas – l’article que j’essaie. Je peux alors le commander dans une autre taille. Pas de chance, cela n’a pas fonctionné pour moi et la commande est restée « bloquée » à 20% !

Essayage Etam

Heureusement, le personnel de ce magasin est particulièrement disponible et à l’écoute des clientes et la vendeuse affectée aux cabines d’essayage a utilisé son mobile pour vérifier la disponibilité de l’article en question et aller me le chercher. Cerise sur le gâteau, elle a encaissé mon achat sur mobile pour délester la caisse principale et réduire mon temps d’attente.

Ce qui m’a plu : l’utilisation de l’écran tactile est très simple, le dispositif est disponible en plusieurs langues, le personnel est disponible, formé aux nouvelles technologies et efficace.

Ce qui m’a moins plu : le service proposé sur l’écran est très limité, il n’y a pas de possibilité de choisir un autre coloris, la culotte assortie au soutien-gorge ou encore la promotion associée à l’article n’est pas mise en avant.

Kiabi teste un dispositif similaire dans son magasin de Bègles.

Fujitsu propose une cabine d’essayage ultra-connectée

J’ai assisté à une démonstration de la cabine d’essayage ultra-connectée lors de la Paris Retail Week sur le stand de Fujitsu.

Cela commence par le scan par le vendeur de l’ensemble des articles à essayer dans la cabine. La cliente les retrouve alors sur l’écran dans sa cabine. Elle peut demander une autre taille, un autre coloris, des articles complémentaires lui sont proposés et elle peut indiquer les articles qu’elle souhaite acheter. La validation de son panier envoie automatiquement une notification à un vendeur qui peut alors procéder très simplement à l’encaissement, sans avoir à scanner de nouveau les articles.

Ce qui m’a plu : la prise en compte de l’ensemble de l’expérience client, jusqu’au paiement et pas uniquement l’essayage. La richesse des données pouvant être utilisées dans le service, jusqu’au profil de la cliente.

Ce qui m’a moins plu : le scan par le vendeur est une contrainte qui peut s’avérer trop lourde lors des pics de trafic en magasin.

La cabine d’essayage entièrement automatisée par Hointer

Cette expérience date d’il y a déjà quelques années mais elle montre à quel point il ne faut pas aller trop loin dans la digitalisation.

Le principe : je scanne les articles que je souhaite essayer avec mon mobile et ceux-ci arrivent directement dans la cabine où je peux ensuite les essayer et bien sûr, commander une autre taille, toujours sans aucune intervention de personnel.

Ce qui m’a plu : rien !

Ce qui ne m’a pas plu : quel triste magasin, sans aucune interaction humaine, l’inverse de la tendance actuelle d’un magasin où le service est augmenté grâce au digital mais pas remplacé.

La cabine d’essayage qui analyse votre silhouette

Vertuus est une start-up grenobloise qui propose une cabine d’essayage qui scanne votre silhouette et vous propose ensuite une sélection de vêtements adaptée à votre morphologie.

Ce dispositif va être testé en octobre dans un centre commercial. On peut l’imaginer aussi pour un magasin multi-marques comme les Galeries Lafayette par exemple.

Ce qui me plaît : la recommandation morphologique et la possibilité de découvrir de nouvelles marques.

Ce qui me plaît moins : le dirigisme d’une recommandation poussée sur mon mobile : et si je veux m’acheter un vêtement confortable et qui ne me va pas ? Je préfèrerais une recommandation qui intervient après un premier essayage par exemple.

Et si l’essayage avait lieu à la maison ?

En e-commerce également, l’essayage est au coeur de l’expérience d’achat : de nombreuses enseignes proposent aujourd’hui l’essayage avant l’achat. C’est le cas d’Etam, qui expérimente décidément beaucoup mais aussi de start-ups dont l’essai avant l’achat est le concept principal comme par exemple Warby Parker dans l’optique.

Ce qui me plaît : le confort de l’essai à la maison et le paiement différé.

Ce qui me plaît moins : rien ne vaut le conseil de la vendeuse ou de la cliente d’à côté qui vous rassure sur votre choix !

En conclusion, la cabine d’essayage me semble être le prochain lieu d’expérimentation pour le commerce augmenté. Reste à savoir comment les enseignes parviendront à mixer dispositif digital et service pour une belle expérience client !

 

Un commentaire à propos de “L’essayage nouveau chantier du commerce connecté

  1. On dit bien « l’essayer, c’est l’adopter ». Comme quoi la digitalisation in-store ne remet pas en cause les fondamentaux, ce ne sont que les moyens qui évoluent … Merci Lise de cette prise de recul tjs pragmatique et illustrée !

Répondre à Olivier LE ROY Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>