Enseignes, communiquez sur Google Plus mais n’oubliez pas Google Plus Local !

Pourquoi être présent sur Google Plus

Google PlusJusqu’à présent, Facebook était le leader incontesté des réseaux sociaux, sur lequel les marques et enseignes avaient rejoint leurs clients et développé une communauté de fans. Mais les règles de diffusion des posts sur Facebook ont été modifiées en fin d’année 2013 et ont conduit à une baisse spectaculaire du reach passant de 17% en moyenne à environ 6%. Ainsi, Facebook passe du statut de réseau social au statut de média payant. Il peut cependant conserver son intérêt pour les marques ou enseignes présents depuis longtemps et bénéficiant d’une audience forte (6% de quelques centaines de milliers de fans peut avoir un impact, ce n’est plus le cas sur des audiences plus réduites).

En parallèle, Google, qui a lancé Google Plus en juin 2011, fait évoluer son algorithme afin de prendre davantage en compte les actions issues de Google Plus, publications, commentaires, « +1 », ainsi que l’audience de l’auteur de la publication. Par ailleurs, les résultats de recherche sont enrichis, ce qui augmente la probabilité de clic comme évoqué par Sébastien Blériot sur son blog. De même, la page Google Plus est affichée à droite de l’écran si elle dispose d’un post récent.

Google développe également de nouveaux services permettant aux marques et enseignes de développer l’interaction avec leur communauté Google Plus, comme évoqué dans la présentation de Vanksen, avec les Hangouts, sessions de « live chat » qui génèrent ensuite des vidéos Youtube à diffuser et les Helpouts, utilisés notamment par Asos.

Enfin, en termes d’audience, plus d’un internaute sur cinq est désormais inscrit sur Google Plus et cette proportion ne cesse d’augmenter, notamment grâce à l’inscription de fait associée à tout compte gmail.

Palmarès des grandes enseignes françaises sur Google Plus

Les critères d’évaluation des pages sont bien entendu différents de ceux de Facebook. Ici, le critère essentiel semble être le nombre de consultations.

La hiérarchie est totalement bouleversée par rapport aux pages Facebook et à leur nombre de likes : Contre toute attente c’est But qui dispose du plus grand nombre de consultations sur Google Plus avec près de 2 millions de consultations contre « seulement » 114 000 « j’aime ». D’autres enseignes semblent avoir pris très tôt le virage de Google Plus comme Alinéa, Boulanger ou encore, dans une moindre mesure Cyrillus.

Palmares Google Plus

Parmi les 70 enseignes étudiées pour établir ce palmarès, j’ai pu constater de grands absents comme Marionnaud, Jules ou Leroy Merlin, pourtant présent sur de nombreux réseaux sociaux et développant une forte relation de proximité avec ses clients.

A noter également quelques pages ouvertes mais oubliées ensuite par les enseignes ou animées de manière très intermittente comme par exemple Castorama, Armand Thiery, Conforama et Yves Rocher, l’une des enseignes préférées des Français. Ces enseignes étant actives sur Facebook, il paraît facile de maintenir une communication régulière sur Google Plus en reprenant tout ou partie des publications Facebook.

3 conseils pratiques sur Google Plus

Bien se présenter

Comme souvent sur internet, il importe de soigner les détails et notamment la présentation de l’enseigne dans l’onglet Infos. Alinéa en est un très bon exemple.

De même, les enseignes ont la possibilité de personnaliser leur URL Google Plus pour supprimer la suite de chiffres peu attrayante attribuée à leur page et la remplacer par « +Enseigne », plus rassurant pour les internautes.

Mettre en avant les autres présences digitales de l’enseigne

Ce même onglet Infos est aussi le lieu idéal pour de nombreuses enseignes pour mettre en avant leurs autres dispositifs digitaux, qu’il s’agisse d’autres réseaux sociaux, de leur site marchand ou encore de leur blog. Ainsi, But met en avant ses guides d’achat en ligne.

De même, certaines enseignes comme Kiabi rappellent les coordonnées téléphoniques et adresse mail de leur service client.

Promouvoir ses vidéos Youtube

Youtube étant un autre des services proposés par Google, il est possible de mettre en avant sa chaîne Youtube sur un onglet dédié Youtube. C’est ce que fait Maisons du Monde.

Qu’en est-il de Google Plus Local ?

Comme évoqué dans « Les 5 atouts du web pour les magasins », disposer d’une page Google Plus Local améliore la visibilité des points de vente, dans Google en général mais aussi dans Google Maps. Cependant, il ne semble pas exister pour le moment d’outil simple permettant aux enseignes de générer une page Google Plus Local pour chacun de leurs points de vente ni de les animer ensuite par diffusion du contenu depuis la page Enseigne vers ces pages satellites.

De ce fait, elles semblent aujourd’hui souvent générées par Google ou créées à l’initiative d’un magasin qui ensuite l’anime plus ou moins bien et plus ou moins régulièrement. Pour les enseignes, il y a un risque de ne pas maîtriser leur contenu et de ne pas savoir tout ce qui peut être écrit sur leurs points de vente, notamment au travers des avis et des notes.

La page Google Plus Local est une opportunité pour les enseignes de donner à leurs points de vente un outil de communication de proximité, cela devrait être une de leurs priorités dans les mois à venir.

A noter quelques bons exemples locaux comme la page du magasin Weldom de Chaumont, Leroy Merlin Valenciennes ou Jardiland Carquefou.

 

Et vous, avez-vous observé des stratégies de communication intéressantes sur Google Plus et Google Plus Local ?

4 commentaires à propos de “Enseignes, communiquez sur Google Plus mais n’oubliez pas Google Plus Local !

  1. Pingback: Enseignes, communiquez sur Google Plus mais n'o...

  2. Pingback: Enseignes, communiquez sur Google Plus mais n&r...

  3. Pingback: Palmarès des grandes enseignes fran&cced...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>