5 conseils pour utiliser la Géolocalisation instore

Dominique Palacci - géolocalisationOubliez les Beacons et découvrez UCheckin, une solution de géolocalisation pour mobile fonctionnant avec des ultra-sons et compatible avec la totalité du parc des smartphones.

Dominique Palacci, président de Stimshop, nous explique les avantages de sa solution de géolocalisation par ultrason et nous donne 5 conseils pour bien utiliser la géolocalisation instore.

C’est quoi UCheckin ?

La géolocalisation par ultrasons

Nous avons développé un signal sonore haute fréquence (entre 17kHz et 21 kHz), inaudible, pour interagir avec tous les smartphones (car ils ont tous un micro). Notre brevet réside dans la génération de ces signaux et l’algorithme qui les décode, pour donner au smartphone la capacité de décoder les signaux de façon rapide et fiable, via n’importe quelle application mobile qui intègre notre module.

C’est un peu comme du Shazam, sauf que notre signal est indépendant d’une source sonore. Il se diffuse facilement, à travers tout type de haut-parleur (sonorisation, ordinateur, écran vidéo, tablette…). Et peut donc ne pas nécessiter de déploiement de matériel ni de maintenance.

Ainsi, on peut pousser des contenus contextualisés en détection de présence en intérieur : en magasin, lors d’un évènement, en regardant une vidéo, en écoutant la radio, en déambulant dans un musée…

Quelle est la meilleure technologie ? L’ultrason ou le BLE ?

Ces deux technologies de géolocalisation sont plutôt complémentaires, avec chacune des avantages et des inconvénients qui disparaissent quand on les combine.

Aujourd’hui, l’ultrason est la seule technologie universelle car elle s’appuie sur le micro du téléphone. C’est un véritable atout pour les déploiements, pour que le plus grand nombre puisse vivre l’interaction. Le BLE devrait monter en puissance rapidement, avec une estimation de 80% du parc d’ici à 4 ans.

L’avantage affiché du BLE est qu’il peut réveiller une application fermée (en théorie). Mais cette fonctionnalité est à manier avec précaution pour ne pas augmenter la pression marketing au point d’être vécue comme trop intrusive.

Nous considérons le Beacon comme un détecteur de proximité. L’onde radio passe les murs et les obstacles. Elle permet de savoir si le mobinaute est à proximité de la borne, autour d’elle. L’onde sonore, elle, reste dans la zone. On parlera alors de détection de présence. L’installation d’un boîtier ultrason est beaucoup plus simple car plus intuitive. On comprend que si on met le signal moins fort, le smartphone devra être plus près pour l’entendre. Et qu’il ne va pas se diffuser dans la pièce d’â côté, voire à l’étage au-dessus. Avec le BLE, il faut faire de la triangulation pour arriver à ce résultat. Donc multiplier les boîtiers. Et comme l’onde radio est perturbée par les liquides, la notion de distance de la borne peut être différente selon l’endroit où on installe les Beacons.

Blue tooth vs ultrasons - géolocalisation

Un boîtier hybride pour associer les deux technologies

Stimshop travaille également avec le BLE (Bluetooth Low Energy – iBeacon), même si aujourd’hui il n’est compatible qu’avec 25% du parc des smartphones. Stimshop développe le seul boîtier hybride BLE & Ultrason qui permet de cumuler les avantages des deux technologies de géolocalisation, avec beaucoup moins de déploiement matériel et donc moins de coûts.

Avec le boîtier hybride BLE + ultrason de Stimshop, le BLE peut alerter en proximité et ouvrir la fonctionnalité d’écoute. L’ultrason prend le relais en détection de présence pour réaliser l’interaction au bon endroit, du bon côté du rayon, face au produit, etc… et ça, avec un seul boîtier !

5 conseils pour utiliser la géolocalisation instore

Les consommateurs veulent gagner de l’argent, gagner du temps, être reconnus, valorisés et vivre des expériences ludiques.

Ces technologies de géolocalisation permettent de déclencher une interaction avec le smartphone au bon endroit, au bon moment. On peut donc répondre à ces quatre attentes des consommateurs dans le monde physique. Les exemples se multiplient. Mais nous sommes au début de l’aventure. Tout le monde apprend à marcher et cherche quel usage apportera le plus de valeur à son consommateur.

Ce qu’on expérimente aujourd’hui avec les clients de Stimshop ce sont des interactions en point de vente (promo contextualisée, jeu instant gagnant, services coupe fil, contenu localisé), des parcours interactifs (musée, lieux publics), des jeux et parcours découverte (inaugurations, séminaires), des interactions avec des vidéos lors de conférences ou sur Internet, interactions avec des bandes sons lors d’évènements ou de rencontre sportives. Il ne faut surtout pas perdre de vue le service qu’on veut rendre au consommateur. C’est ça qu’’il va adopter, quelle que soit la technologie qui permet ce résultat.

Faites vivre des expériences ludiques

Ma conviction est que tout ce qui est ludique a de grandes chances de créer de la valeur. On veut s’amuser en magasin. On veut vivre une expérience positive et la partager avec son réseau. La promesse d’un jeu et d’un avantage à gagner en magasin crée le trafic et engage le client sur le lieu de vente. Osez même le décalage en proposant l’anecdote du jour. Tout ce qui fait sourire le client, le met dans de bonnes dispositions pour s’engager avec l’Enseigne.

Apportez du contenu

L’extension de la communication produit sur le smartphone est également utile pour permettre au client de se faire son opinion en connaissance de cause. Plus on lui proposera de contenus sur son smartphone, moins il ira les chercher ailleurs. Et on limitera le fameux showrooming et la comparaison des prix avec l’e-commerce. Ces contenus peuvent être de toutes natures, qu’il s’agisse de démonstrations produits, d’avis des consommateurs ou encore d’interviews de professionnels. Pour information, pour interagir avec des bandes sons ou des vidéos, l’ultrason ou une technologie à la Shazam type « Watermark » sont les seules à fonctionner. (Sur ce sujet, vous pouvez lire également Le mobile, meilleur allié du magasin).

Développez la personnalisation et la recommandation

Dans un deuxième temps, le tracking et la recommandation sont des pistes d’usages très profitables. Surtout que ces technologies fonctionnent même sans réseau, pour peu que les contenus soient synchronisés dans l’application en amont. Ce qui se fait lors d’une navigation sur un site internet va pouvoir se réaliser lors d’un parcours en magasin physique grâce à la géolocalisation instore. Utile pour optimiser ses espaces de vente et améliorer le référencement des produits. Sans compter toutes les mécaniques de fidélisation qui vont pouvoir profiter de ces informations sur les visites en magasin. Si vous venez trois fois sans acheter, on va certainement vous proposer un chèque cadeau à votre quatrième visite.

Revalorisez le rôle des vendeurs

L’accueil est une bonne piste. Etre reconnu et valorisé est un bon point quand on entre dans une surface de vente. De même les services exclusifs comme le coupe-file, ou le contact avec un vendeur sont à explorer. Le rôle du vendeur s’est profondément modifié. Le client en sait plus que lui quand il arrive en magasin. Il doit donc l’accueillir, l’accompagner, le conforter dans ses choix. Etre à son service pour lui faire vivre la meilleure expérience d’achat possible. Ce sont des qualités très différentes par rapport aux recrutements qui sont actuellement en place en boutique. Comme les clients adoptent très vite ces nouveaux comportements connectés, le décalage est parfois criant et génère des frustrations sévères qui endommagent tous les efforts qui sont fait par ailleurs pour aller dans le sens du client. Heureusement, les vendeurs sont aussi des clients à titre personnel. Une grande partie d’entre eux vont vouloir se comporter comme ils voudraient qu’on les traite. Encore faut-il que le management leur laisse une certaine latitude pour aller dans ce sens de l’écoute et du service !

Dosez la communication instore

Nous avons déjà vécu les erreurs de l’e-mailing. A trop envoyer de messages, on subit les logiciels anti-spams et la chute du taux de lecture des messages. J’ose espérer que la leçon a été retenue. Et que le Mobile To Store ne fera pas la même erreur. Surtout que le téléphone est un outil très personnel. Le consommateur aura tôt fait de tout débrancher s’il se sent agressé.

Il faut absolument privilégier les messages contextualisés, avec impérativement un opt’in conscient du consommateur. Avec l’interaction mobile, nous privilégions chez Stimshop les mécaniques où le consommateur va chercher un avantage et sait pourquoi il reçoit un message à ce moment là. Mais tous les annonceurs ne sont pas aussi sages. Espérons qu’ils seront sanctionnés par les consommateurs plus vite qu’ils n’endommageront l’image du Mobile To Store et des services de géolocalisation instore.

Quels sont les freins à l’adoption de la géolocalisation instore?

Malheureusement, l’innovation n’est pas toujours perçue comme une priorité. Après tout, on faisait bien sans ces technologies de géolocalisation instore avant. Comme il n’y a pas de référence, il faut avoir une bonne dose de conviction auprès des COMEX pour les lancer dans ces expérimentations.

Pourtant, ces technologies sont très adaptées au « test & learn ». Les anglo-saxons font ça beaucoup mieux que nous. Quand on a trouvé la martingale, on peut la déployer vite, et apporter rapidement de la valeur.

On nous oppose souvent le frein d’avoir à télécharger une application. Mais c’est justement en apportant des services et de la valeur via l’interaction mobile qu’on va stimuler le téléchargement de l’application d’une enseigne. Et qu’elle va pouvoir maintenir le client dans son parcours et dans son univers.

Pour les marques qui n’ont pas vocation à avoir une application ou qui veulent faire du recrutement, Stimshop travaille à mettre en place un réseau de partenaires avec des applications qui ont déjà de l’audience comme Plyce ou Fidme. Elles proposeront ce nouveau service de l’interaction en point de vente via l’ultrason Stimshop à leurs clients marques et enseignes.

Comme je l’ai déjà dit, il faut d’abord penser au service qu’on va apporter grâce à la géolocalisation instore. Les clients ne veulent pas être assaillis d’offres qu’’ils n’ont pas sollicitées. C’est le Consom’Acteur qui choisit où et quand il veut interagir avec la marque. Aux enseignes de lui mettre à disposition les points d’interaction qui font sens pour lui, toujours dans un respect de l’Opt’In. On ne fera pas l’économie de communiquer sur ces nouveaux services pour les faire adopter par les consommateurs.

En conclusion, avec Stimshop, nous nous positionnons en facilitateur de création de parcours interactifs. Stimshop sera présent pour que l’interaction mobile soit fluide et magique. Il suffit de regarder la vidéo pour s’en convaincre :

Pour en savoir plus, consultez également Marketing In-Store via la Micro-Localisation: focus sur le phénomène Beacon par Digitas LBi.

6 commentaires à propos de “5 conseils pour utiliser la Géolocalisation instore

  1. Pingback: 5 conseils pour utiliser la Géolocalisat...

  2. Super idée et, semble-t-il, super techno !
    Bravo, Dominique, pour tout ce chemin parcouru an good luck pour l’avenir.
    Amicalement,
    Jérôme

  3. Beaucoup de bonnes idées dans ce billet, bravo. J’ai par contre plusieurs gros doutes sur ces technologies au global :
    – Le déploiement de telles solutions me semblent très chronophage et difficiles à faire passer pour un bénéfice particulièrement compliqué à estimer
    – Les bénéfices consommateurs semblent essentiellement au mieux la diffusion d’offres promotionnelles qui tirent le marché vers le bas (on voit les limites du tout promo sur la marge et donc leur acceptation par les enseignes) et au pire de gadgets

    Mais peut-être suis-je pessimiste. Les exemples de succès se font rares.

  4. Pingback: 5 conseils pour utiliser la Géolocalisat...

  5. Il manque une précision de taille : 100% compatible avec tous les smartphone QUI ont installé l’application ;-) c’est à dire aucun téléphone ou une portion clairement non représentative.
    Fidzup a aussi un boitier qui fait ultrason et BLE, vous n’êtes pas les seuls !

    • Bonjour,
      Merci pour votre précision. L’objectif de cet article est avant tout de vulgariser les enjeux de la géolocalisation et de conseiller sur les usages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>